Quel est le ròle d’un fonds en fiducie

Quel est le ròle d’un fonds en fiducie

29 décembre 2019 0 Par fconsult2004

Un fonds en fiducie est un outil financier qui détient et gère des actifs au profit d’une autre personne ou organisation, appelée bénéficiaire. Les actifs initiaux du fonds sont fournis par un constituant ou un donateur, et un fiduciaire ou une équipe de fiduciaires gère les fonds conformément aux instructions de cette personne. Le bénéficiaire reçoit le paiement du fonds en une somme forfaitaire ou en versements périodiques, selon les conditions de la fiducie. Les fonds en fiducie sont souvent utilisés pour mettre de côté des biens, des investissements ou des liquidités pour subvenir aux besoins des personnes qui ne sont pas en mesure de gérer elles-mêmes leurs finances, comme les enfants ou les personnes malades. Les gens peuvent même en créer un pour eux-mêmes, en supposant qu’ils deviendront incapables de gérer leurs finances personnelles à l’avenir.

Types de fiducies

Il existe deux principaux types de fonds fiduciaires – vivants et testamentaires – qui diffèrent principalement en termes de mode et de date de création. Le premier est établi pendant la durée de vie du constituant et peut être révocable, ce qui signifie qu’il est possible de créer la fiducie de telle sorte qu’elle puisse être modifiée ou dissoute par le constituant. La seconde est énoncée dans un testament et est toujours irrévocable, car le constituant est décédé et ne peut donc pas modifier ou dissoudre la fiducie.

Les fonds créés pour réduire ou éviter l’obligation fiscale ne peuvent généralement pas être modifiés non plus.

Par exemple, certaines juridictions limitent le montant des actifs qui peuvent être donnés en cadeau sans être taxés. Les gens peuvent éviter cette limite en créant un fonds fiduciaire irrévocable donnant les actifs à un bénéficiaire. Bien que cette personne devra éventuellement payer des impôts sur les actifs lorsqu’elle sera payée, cela peut être différé pendant longtemps. Cette stratégie est également parfois utilisée pour protéger les prestations d’assurance-vie des impôts successoraux.

La structure et la procédure de création d’un fonds fiduciaire varient considérablement selon la raison pour laquelle il a été créé. Certains sont mis en place pour que le syndic puisse utiliser les actifs au profit du bénéficiaire, mais le bénéficiaire ne peut pas accéder aux fonds lui-même. D’autres ne peuvent être utilisés qu’au profit d’un groupe, d’une classe ou d’une organisation désigné. Un fonds commun de placement est constitué de manière à ce que plusieurs bénéficiaires y détiennent des actions, et ils peuvent ensuite demander au fiduciaire de les payer en fonction du nombre d’actions qu’ils détiennent. Il existe également de nombreux autres types de fonds fiduciaires, chacun étant structuré légèrement différemment.

Création d’un fonds fiduciaire

Les lois régissant les fiducies varient selon la juridiction, donc toute personne souhaitant en créer une devrait consulter un avocat. Avec une fiducie vivante, tous les actifs doivent être transférés avant le décès du constituant ou la fiducie est nulle, et les actifs seront cédés par le gouvernement conformément aux lois sur l’homologation. Tout actif du constituant non affecté au fonds ne peut généralement y être transféré qu’après sa mort s’il existe une clause le spécifiant dans le testament de la personne. Les fiducies testamentaires sont établies après le décès du constituant, conformément aux termes de son testament. Dans cette situation, un tribunal des successions supervisera le fiduciaire lorsqu’il ou elle gère le fonds et peut agir à titre de fiduciaire s’il n’y en a pas de nommé.

Avantages et inconvénients

Les fiducies ont de nombreux avantages, car elles sont suffisamment flexibles pour permettre au constituant de l’adapter à ses besoins, peuvent être utilisées pour différer les impôts et sont assez privées. Ils sont aussi généralement un moyen sûr de subvenir aux besoins des bénéficiaires après la mort du mandant et peuvent leur épargner les tracas et les frais qui résultent souvent de la gestion des actifs du mandant. Malgré cela, ils ne sont pas le meilleur choix pour chaque situation. Les concédants peuvent avoir des problèmes s’ils essaient d’utiliser les actifs sans consulter les fiduciaires et les bénéficiaires, et les fiduciaires facturent généralement leurs services de gestion, qui peuvent être coûteux. De plus, en fonction de la configuration, le syndic peut ne pas avoir beaucoup de supervision et peut mal gérer les actifs.